J'ai longtemps redouté ce moment. Nous y voilà pourtant. Une ultime fois, je m'arme de patience et m'apprête à rédiger le dernier épisode de ma vie de bohème, mais aussi les dernière lignes de Caribou d'ficelle. Funeste instant, néanmoins inéluctable. Je vais faire court, et ce pour trois raisons: j'ai pris beaucoup trop de retard pour tout raconter, je n'ai pas de photos à publier, et mon inspiration a dû rester là-bas.

Je ne vous surprendrai sans doute pas en déclarant que ces deux derniers mois outre-Atlantique furent l'apothéose de mon séjour. Des leçons de vie comme on en reçoit rarement, additionnées à un sentiment de plénitude absolue. Griffon, c'était mon chez moi, et à l'heure où je n'en ai plus nulle part, cela m'était précieux.

L'idée d'un bilan sur ces presque deux années passées au Canada ne me séduit guère. Conclure ce blog dans la mièvrerie non plus. Mon retour (et c'est là l'évidence même) s'est fait dans les larmes, mais également dans le bonheur de retrouver ce qui me manquait tant en France. Mais après un mois et demi dans notre contrée, le constat est inéxorable: j'en veux encore! Courir les routes, rencontrer... le sac à dos me démange, et pas qu'un peu! Certains risquent d'être exaspérés par ce qui va suivre, d'autres, je l'espère, se réjouiront pour moi... Quoiqu'il en soit, les amis, je remets ça! Dans 2 petits mois, je saute dans un énième avion, direction le bout du monde: la Nouvelle-Zélande! Visa de travail en poche depuis aujourd'hui même, c'est vers une autre année d'émerveillement que je mets les voiles.

Un dernier message bref donc, pauvre en rebondissements et intrigues, ni drôle, ni triste, mais plein d'un enthousiasme nouveau et d'une excitation sans borne. Vous vous en doutez également, rongée par le plaisir de l'écriture je resterai. Alors si certains d'entre vous souhaitent continuer le voyage avec moi, et lire mes nouvelle-zél'ucubrations, ce sera ici: http://nouvellezelandscapes.wordpress.com/ , et bientot!