J'admets bien volontiers qu'il est un peu prématuré d'émettre un jugement sur ma nouvelle vie, mais que faire quand l'envie d'écrire vous démange jusque dans le bout des doigts?! Après me l'être jouée petit escargot transbahutant ma vie locale, faite de bric et de broc, dans quelques sacs plastique, me voilà installée dans ce qui va devenir mon paradis... ou mon enfer! Un prélude extrême et sans doute un chouïa excessif, mais si vivre en communauté pendant 3 mois n'est pas une expérience à double tranchant, dîtes moi ce qui l'est!

J'aime ma nouvelle maison. Elle est belle! Vieillotte, charmante, avec ses briques apparentes et ses poutres en bois, sa grande terrasse ensoleillée, son atmosphère chaleureuse. Espérons que les moments passés ici posséderont le même charme suranné et bon enfant. Mon petit dortoir cosy est plutôt mignonnet lui aussi et ressemble étrangement à la chambre des 7 nains. Des lits minuscules, côte à côte sous un toit pentu. Une salle de bain, tout aussi exigüe. Reste plus qu'à prier pour que je ne la partage pas avec Grincheux, Atchoum et Simplet!

Trop tôt pour le dire, mais Bridget l'Américaine, Tim l'Ontarien, Tara l'Anglaise et Justin le gars de Vancouver m'ont l'air plutôt accueillants. Le hic (qui n'en est pas un pour tous les gens à qui je conte mes états d'âme), c'est que je suis la seule à parler français. Alors certes, je voulais améliorer mon anglais, mais intégrer une troupe de jeunes gens déjà fort proches dans une langue qui n'est pas la mienne, c'est chaud banjo cacao! Comment j'vais faire pour raconter des blagues nulles, pis tiens d'ailleurs... comment on dit "chaud banjo cacao" dans la langue de Shakespeare hein!??

Mon job pour le moment: commis de p'tit dèj! Réveil à 8h30, préparation de tout ce que les voyageurs peuvent se mettre sous la dent, brin de causette avec des jeunes du monde entier, rangement et ménage... et c'est tout! Pour conclure ce bref article, je dirais que je suis plutôt contente de cette situation, mais que j'appréhende une non-intégration qui serait due (et c'est ce qui est terrible, car conscient!) à une timidité mal placée!

Des images... comme toujours. Parce que mes remarquables talents de narratrice ont tout de même des limites!

P1080850

P1080852

P1080859

P1080857

P1080858

Les hauts et les bas d'Alicia au pays du Jazz Hostel... prochainement sur Caribou d'ficelle!