Les amis, l'heure du retour sur la toile a sonné! Après quelques remontrances et rappels à l'ordre, je me suis vue dans l'obligation de venir blablater un tantinet dans mes pénates internetiennes (et d'y inventer des mots pour fêter ça!). Ce long mois d'absence est cependant plus que justifié... car à quoi bon raconter la platitude de la vie!?

Comme je le mentionnais dans mon dernier article, le départ de la cousine Audrey marquait le retour à la réalité. Il est assez drôle de voir comme certaines choses sont éphémères! Je m'émerveillais de ma chance légendaire, mais la petite job n'a tenu le coup que 2 jours et l'appartement ne sera bientôt plus que de l'histoire ancienne! Explications...

Mes patrons, que je ne citerai pas par respect pour leurs magouilles, ont finalement décidé de rentrer dans les rangs et donc de me remercier, en s'excusant du tort causé... Et tort il y eut car je me trouvais à nouveau sans ressources, mais avec, en sus, un appart' à payer! C'était bien sûr sans compter sur ma bonne étoile qui, le jour même, a fait sonner mon téléphone: un employeur chez qui j'avais postulé quelques temps auparavant a finalement besoin de mes services. Attention les copains, je fais maintenant, et ce depuis plus d'un mois, le boulot le plus fun de l'histoire du boulot de merde: démonstratrice de produits gastronomiques Français dans les supermarchés! Yiiiiipah! Qu'est-ce-qu'on s'marre! MAIS... et oui il y a un mais, ça paye bien, ce n'est que 3 jours par semaine et j'ai du foie gras et du confit de canard gratuit! Aaah vous ririez bien en me voyant, petit chapeau vissé sur la tête, sourire forcé et plateau à la main. Mais quand on aime quelque chose, Montréal en l'occurence, on est prêt à tout pour le conserver, non?

Bon le "ça paye bien", faut le dire vite (et c'est là que nous en venons à l'appartement). Le coup des 3 jours semaine et du (tout) petit salaire qui en découle, m'oblige à tester un concept que j'espère plaisant: élire domicile dans une auberge de jeunesse. Echange de bons procédés: ils m'hébergent gratuitement en dortoir de 6 contre quelques heures de bénévolat par jour. Espérons que mes co-chambreurs (qui sont tous bénévoles aussi) soient à la hauteur de mes espérances! Paraît que c'est une grande famille... alors! Pour les curieux qui voudraient se faire une idée de mon futur bercail: http://www.jazzhostels.com/fr/jazzstdenis.php. La suite de cet épisode après mon installation le 1er avril.

Aaaaah ma vie est un vrai feuilleton! Avec un peu de bol, elle va virer "vacances de l'amour", en mode j'ai 15 ans et pars en colo pendant 3 mois! Pour l'instant, c'est plus "mes amis, mes amours, mes emmerdes"! Mais passons...

Et puisque la débrouillardise est de mise à Montréal en ce moment... je fais mon possible pour garder mon cerveau à flots en le sollicitant ponctuellement. Le Montréal Africain, petit bi-mensuel local me permet d'entretenir ma plume ramollie par trop d'oisiveté.

Sans titre 2

(Cliquez sur l'article pour l'agrandir)

Mais la grande nouvelle est toute fraîche puisque je sors à peine de l'entretien... J'ai été embauchée par un partenaire du Petit Futé pour une collaboration avec le guide "trouver son premier emploi au Québec" en tant que rédactrice du chapitre "gérer la diversité culturelle au sein d'une entreprise"! Et j'en suis ravie! Une mission court-terme mais qui me permet enfin de glisser, si ce n'est un pied, au moins un orteil dans cette boîte que je tente de rallier depuis des mois!

Je pense avoir fait le tour des actualités montréalaises... j'ai passé sous silence le côté "youhouhou! On fait la fête, c'est trop cool et la vie est belle", pour éviter les redondances, mais sachez que tout va pour le mieux de ce côté là! Le printemps arrive doucettement. Enfin! Malgré la neige d'hier, j'ai bon espoir!