Un retour très attendu... et pourtant. Un indubitable sentiment de frustration, de consternation... de lassitude. Suffit-il d'aller fureter par monts et par vaux pour se rendre à l'évidence? La France, bah c'est plus ce que c'était! Ou est-ce moi qui ne suis plus ce que j'étais? Sans doute un peu des deux. Mais le constat est manifeste, nous ne sommes plus compatibles! Un bilan qui me réjouis et m'attriste à la fois.

Pour la première fois, j'ai peur. Peur de ne pas retrouver à Montréal ce que j'y ai laissé. Peur de prendre une décision que je serai amenée à regretter, de me sentir trop loin des miens et de mon cubi de Saint-Chinian! (Ohh ça va hein!) Les amis rencontrés là-bas rentrent au pays pour ne plus revenir. Tout recommencer. Voilà ce qui m'attend à mon retour en terre québécoise. Excitant! Certes... mais inquiétant!

Chers lecteurs, il est plutôt rare que je me plaigne en ces lignes, mais là, j'en ai grand besoin! Comment garder pour soi pareille déception?! Pis comment on a fait pour tomber si bas d'abord, hein!? Pourquoi on s'sourit plus? On s'salue plus? Pis pourquoi notre maudit président s'est-il fourré dans le crâne de louer deux pandas à la Chine pour la modique somme de 1 000 000 $ par an? Presque drôle tellement c'est bête cette trouvaille là!

Loin de moi (ou peut-être pas tant que ça!) l'idée de me livrer à une violente diatribe de la France au profit d'une apologie du Québec, mais les faits sont là: on est ben mieux la bas! Et si vous m'croyez pas, z'avez qu'à venir voir par vous même!

Voilà donc un peu plus de six semaines que j'ai retrouvé mon pays natal. Et malgré mes nombreuses doléances, je suis dans l'obligation d'admettre que ça va pas trop mal! Effectivement, comment se lamenter trop longtemps quand, par un dimanche ensoleillé, en plein mois de décembre, on se dore la pilule en tenue presque estivale, un ballon de rosé frais à la main, une tartine de tapenade (et une boule de pétanque) dans l'autre, jetant un oeil distrait sur le barbecue d'où émanent de délicieuses odeurs!?

Le 14 janvier, mes bottes fourrées et mon nouveau bonnet entreront à nouveau en contact avec la neige canadienne! Hâte! En attendant, c'est mon maillot de bain que je sors des tiroirs puisque, dans une semaine je barbotterai dans les eaux du golfe Persique! Rendre visite à la cousine à Dubaï... quoi de mieux pour patienter jusqu'au retour?

Moi chanceuse?